Même pas Peur !

Spectacle Tout Public

Co-Production avec la Cie Moi Non Plus

Sud Ouest 15-03-21.jpg

A l’origine…

Une rencontre entre Françoise Calvel et Laurent Eyllier, tous deux comédiens, metteur en scène, et avec l’envie de partager leurs deux univers.

Françoise, avec sa pratique des masques, et Laurent, avec celle du théâtre d’objets, souhaitent une création où l’imaginaire nous rapproche toujours un peu plus de nos réalités.

 

Comment ?

Nous souhaitons proposer une création où la puissance du masque larvaire expressif emmenera le public dans l’imaginaire collectif, avec une touche de poésie.

Des marionnettes masquées, une scénographie symbolique, une création musicale, apporteront une note contemporaine.

La lumière se portera sur les personnages, multiples et nombreux, interprétés par Françoise Calvel et Laurent Eyllier.

 

Le Pitch de Françoise et Laurent…

La société actuelle aime nous répéter qu’il faut “être le meilleur”, “ne jamais rien lâcher”, “réussir autant dans sa vie professionnelle que dans sa vie privée”...

Bref notre modèle de société serait plutôt un modèle “héroïque” !

Et les héros occupent notre littérature depuis toujours, autant dans les grandes épopées antiques, qu’aujourd’hui dans les films ou les séries.

Et si nous parlions cette fois des antihéros ?

Don Quichotte, “The Mask” dans les Comics, ou simplement Gaston Lagaffe, sont tous des antihéros !

Ils n’ont en effet pas grand-chose en commun, si ce n’est que l’ordinaire, leur ordinaire, devient extraordinaire, à leur dépend !

Les masques, qu’ils soient traditionnels ou contemporains, représentent l’animalité qui est en nous, nos archétypes sociétaux, et ils chérissent particulièrement les antihéros.

Chaque personnage vit son drame avec ses vices et ses vertus.

Ainsi la princesse n’est plus tout à fait parfaite, et la sorcière n’est plus entièrement méchante.

Françoise et Laurent aime particulièrement explorer les univers de personnages qui nous ressemblent, mais dans une action extraordinaire, non commune, pour emmener le public dans un ailleurs, autrement.

C’est dans la bande dessinée que l’on retrouve le plus d’antihéros, car ce support littéraire n’a aucune limite quant à la forme.

Nous choisissons ainsi de rendre vivant cet univers de bande dessinée, avec notre coup de crayon, nos couleurs, et notre énergie.

Cette création pourra donc se jouer là où se trouve le public, ce sera nous qui viendrons à eux ou l’inverse.

IMG_20210309_100241.jpg
IMG_20210309_100423.jpg